Réutilisation des matériaux d’excavation

La construction du second tube routier génèrera près de 6,5 millions de tonnes de matériaux d’excavation, répartis pour moitié entre le portail nord et le portail sud.

Il est prévu de réutiliser le plus de matériaux d’excavation possible afin de limiter l’impact sur l’environnement. La riche documentation sur la géologie permet d’établir des prévisions relativement précises sur le recyclage réel de ces matériaux. Près de 1,6 million de tonnes pourront être traités comme matériaux de construction. Ceux qui n’ont pas vocation à être traités ou qui sont écartés lors du processus de traitement des matériaux doivent être stockés. Au total, cela concerne près de 4,9 millions de tonnes de matériaux non pollués. Ceux-ci serviront à la renaturation des rives du lac d’Uri et à la construction du tunnel d’Airolo.

Les boues légèrement souillées et les matériaux légèrement pollués issus du processus de traitement ne peuvent être utilisés pour la renaturation et le remodelage de terrain. Pour autant, ces matériaux – environ 350 000 tonnes – sont stables sur le plan chimique et biologique (inertes) sans autre préparation, si bien qu’ils peuvent être stockés définitivement dans les décharges uranaises et tessinoises sans que cela ait des répercussions sur l’environnement.

La réutilisation du matériel en détail